Décryptage

À quoi s’attendre pour le MaaS post COVID-19

À quoi s’attendre pour le MaaS post COVID-19

À quoi s’attendre pour le MaaS post COVID-19 À quoi s’attendre pour le MaaS post COVID-19
VP Mobility / Automotive
Valtech France
Lucas Leonardi

juin 24, 2020

Dans les années et les mois précédant l’épidémie de coronavirus, le MaaS (Mobility as a Service) s’imposait clairement comme la tendance du futur. À Helsinki, il était prévu de faire en sorte qu’aucun résident n’ait besoin de posséder une voiture d’ici 2025. Bien que le COVID-19 ait repoussé cette échéance, il n’a certainement pas stoppé l’ascension du MaaS. La pandémie a plutôt redirigé l’attention vers de nouvelles thématiques, et mis en lumière des préoccupations qui ne l’étaient pas nécessairement auparavant.

Alors que le monde est en plein processus de déconfinement et de réouverture économique, les marques de transport et de mobilité doivent à la fois rattraper les pertes occasionnées et commencer à se préparer pour un futur immédiat, qui s’annonce différent de celui que l’on anticipait début 2020. Vous êtes acteur dans le secteur de la mobilité et souhaitez prendre de l’avance sur la concurrence ? Voici quelques-unes des nouvelles thématiques et évolutions des tendances susceptibles de se produire suite à la pandémie et que vous devez dès à présent prendre en considération.

Une communication plus transparente pour reconstruire le lien de confiance

Avant la pandémie, les services de mobilité comme les applications de covoiturage, de location de vélos et de trottinettes, et de planification d’itinéraire étaient tous en plein essor. Au pire de la crise du COVID-19, l’utilisation des services de covoiturage a diminué de 100% rien qu’à Berlin. Les transports publics dans leur ensemble ont enregistré une baisse d’utilisation de 92%, alors que les applications de location de trottinettes électriques et de scooters ont connu des baisses respectives de 80% et 50%. Le vélo est le seul mode de transport dont l’utilisation a augmenté.

Avec la fin du confinement, ceux qui n’ont pas d’autre choix réemprunteront les transports publics de par la force des choses, mais qu’en sera-t-il de ceux qui disposent d’autres options ? La première étape pour réattirer les voyageurs vers les transports public et les offres MaaS est de rétablir le lien de confiance, et la façon la plus rapide d’y parvenir réside dans la transparence et la communication.

Woman on her phone in car

Le type des informations à communiquer pourra différer des attentes initiales. Les transports publics n’ont jamais rencontré de difficulté lorsqu’il s’agissait de communiquer leurs horaires à leurs utilisateurs, par exemple, mais les compagnies de bus et de métro devraient maintenant envisager de partager des données en temps réel sur le niveau de saturation de leur moyen de transport, sur les perturbations et les retards du service, et même des informations claires sur leurs procédures de nettoyage et de désinfection. Cette communication permettra aux voyageurs de prendre la meilleure décision en fonction de leurs besoins immédiats et du degré de sécurité présenté par chaque mode de transport.

De même, les services interconnectés sont plus cruciaux que jamais. Permettre aux utilisateurs de planifier leur voyage de A à Z en utilisant plusieurs modes de transport selon leurs préférences personnelles est un moyen facile de regagner leur confiance. Un utilisateur rendu capable de consulter et planifier son trajet en utilisant le covoiturage, les transports publics et même la location de vélos, créant ainsi la meilleure expérience possible pour lui, sera plus enclin à reconsidérer l’utilisation du service.

Freiner la révolution « zéro voiture »

Helsinki n’est pas la seule ville à travailler activement à la création d’une infrastructure dans laquelle les citoyens n’auront pas besoin d’utiliser de voiture. Avec l’amélioration et la multiplication des options MaaS, rendant le public de moins en moins dépendant de leur véhicule, les modèles de prévision ont montré une baisse à venir dans l’achat de voitures. Toutefois, la période suivant immédiatement la pandémie pourrait s’accompagner d’une hausse de l’utilisation des véhicules personnels.

Car dashboard

Le partage d’un espace exigu avec des étrangers (dans le cadre du covoiturage ou même seul en compagnie d’un conducteur inconnu) n’est pas fait pour rassurer passagers et conducteurs. À court terme, cela signifie que les gens sont plus susceptibles de vouloir conduire eux-mêmes. À long terme, cela crée de nouvelles opportunités pour envisager d’autres services et options.

La plupart des entreprises et des plateformes investissaient déjà dans les technologies de conduite autonome, mais le temps est venu pour les plateformes MaaS en particulier de mener la charge sur ce point. Précisément, la nouvelle option des véhicules autonomes présente de nombreux avantages pour les voyageurs. Un véhicule sûr et autonome, bénéficiant d’une explication claire des procédures sanitaires entre les trajets, peut être utilisé en conjonction avec les transports publics et la location de vélos ou de trottinettes pour couvrir l’intégralité du trajet d’un voyageur. La multimodalité est l’un des principaux avantages offerts par les options MaaS.

Quote image about MaaS industry needs

Les effets précis que le COVID-19 aura sur le secteur restent encore à déterminer. Cependant, on peut déjà observer des changements indéniables. Plus de transparence, des informations plus claires en matière de nettoyage et d’hygiène, ainsi qu’une attention accrue portée aux technologies sans contact comme les véhicules autonomes ; tous ces éléments seront nécessaires à une bonne reprise de la révolution MaaS après cette perturbation.

mobility whitepaper

Prêt à relever les défis de l’économie digitale

Démarrons votre transformation !
Contactez- nous
Prêt à relever les défis de l’économie digitale