Devenir une entreprise digitale : un effort nécessaire

Retrouvez notre dossier sur la transition numérique, tel que présenté dans le journal The Times.

Devenir une entreprise digitale : un effort nécessaire

avril 29, 2022

Comment les entreprises peuvent-elles modifier leurs méthodes de travail pour s'adapter au rythme accéléré de la transformation numérique ? C'est une question difficile, certes, mais la nouvelle approche favorisée par l'émergence du commerce composable donne des résultats impressionnants et aide les entreprises à franchir le pas.

Cet article de Valtech a récemment été présenté dans le Digital Transformation Report 2022 du média Raconteur, en collaboration avec The Times. Vous pouvez télécharger le rapport complet ici.


Le rythme des transformations en entreprise s’accélère. Pour suivre ce rythme, les organisations doivent adopter de nouvelles approches telles que les stratégies de vente directe au consommateur (D2C) et le commerce composable. Ces approches ont en commun de mettre l'accent sur une réflexion axée sur le client et les données, et d'être ouvertes aux changements fondamentaux, tant au niveau de la culture d'entreprise que de celui de sa structure.

Malheureusement, la plupart des entreprises traditionnelles ont du mal à les adopter, même si elles sont nécessaires. Selon Gartner, « L'architecture composable permet une telle adaptabilité, que celles qui ont adopté une approche tournée vers le commerce composable devanceront la concurrence de 80 % dans la vitesse de mise en œuvre de nouvelles fonctionnalités ».


Les entreprises qui peuvent s’adapter avec succès aux nouvelles exigeances induites par la transformation numériques prospéreront – et celles qui n'y parviennent pas risquent de prendre du retard. À l'ère de l'hypercroissance, ne pas s'adapter, c'est risquer l'échec.

Si cela peut vous semble compliqué, rappelez-vous qu’en tant qu’espèce, nous ne sommes tout simplement pas bien préparés aux changements de comportements digitaux que nous avons connus au cours des dernières décennies. Le problème n'est pas de reconnaître le changement, mais la vitesse de ce changement. Les courbes exponentielles, lorsqu'elles sont appliquées au monde réel, nous laissent perplexes. Même les premiers bénéficiaires de cette croissance exponentielle, comme Amazon et Alibaba, sont confrontés à des perturbations, car de plus en plus d'entreprises contournent les places de marché génériques et tirent le meilleur parti des médias sociaux, de la gig-economy et des marketplaces de microfinancement comme Klarna. Si l'expansion de TikTok vous a pris au dépourvu, imaginez ce qui pourrait arriver dans un an, surtout si vous tenez compte du rythme exponentiel du changement.

L’agilité et l’orientation client fournissent un avantage concurrentiel

Au 20ème siècle, si une entreprise avait un produit qui valait la peine d'être vendu, elle dépendait fortement des retailers qui s'occupaient de la distribution. Aujourd'hui, les clients ont le choix, peu de fidélité aux marques et peuvent acheter ce qu'ils veulent, où ils veulent. Pour pouvoir offrir des expériences qui se démarquent de la concurrence, les marques doivent provoquer l'engagement avec leurs clients et exploiter des données sur leurs préférences changeantes. C'est le principe qui sous-tend le D2C. Pour Valtech, passer au D2C peut être une démarche essentielle, mais ne sera un succès que si elle est associée à un état d'esprit digital-first.


« Votre stratégie D2C échouera si elle n'est pas soutenue par une réelle volonté de devenir une entreprise digitale. Alimentez-la avec la bonne technologie et permettez-lui de se connecter aux nouveaux canaux en constante évolution et vous irez loin. Mais pour vraiment réussir, il est essentiel de la consolider avec la bonne stratégie de données et les bonnes fonctions de service à la clientèle. Cela vous permet de tirer parti de vos données pour obtenir un avantage concurrentiel et de créer une structure organisationnelle qui soutient vos interactions avec les clients », explique Joacim Jeppesen, Global Chief Growth Officer chez Valtech. « Vous devez continuellement utiliser ces informations pour positionner, optimiser et différencier votre produit ou service. Tous ces changements nécessitent plus qu'une nouvelle infrastructure digitale ou de nouvelles méthodes de travail. Il s'agit d'adopter un état d'esprit "digital- first" ».

Passer à un état d’esprit flexible et axé sur le numérique dans l’ensemble d’une entreprise n’est pas un processus simple. Le changement est douloureux car il est déterminé par l’état d’esprit. « Cela va, et doit, ébranler le cœur de votre entreprise », déclare Jeppesen. « Une aide extérieure et des perspectives sur la stratégie et la technologie sont nécessaires, mais le dynamisme et la motivation doivent venir de l’intérieur ».

La puissance du commerce composable

Heureusement, bien que ce changement puisse demander beaucoup d'efforts, les nouvelles technologies permettent aux entreprises d'adopter une stratégie D2C tout en se protégeant des difficultés. C'est la notion qui se cache derrière le commerce composable.


Pour Mandhir Gidda, CTO EMEA de Valtech, cela représente « la concrétisation d'un mouvement qui a commencé il y a de nombreuses années avec l'orientation service. Il s'agit d'un changement de paradigme, qui reflète la pensée orientée digital, à tous les niveaux d'une organisation. C'est l'expression ultime de la capacité à s'adapter au changement ».


Le commerce composable permet aux entreprises d'agir rapidement, efficacement et de manière proactive pour entretenir des relations directes avec leurs consommateurs et leurs clients - à la fois par leurs propres canaux et par des canaux tiers. En adoptant le commerce composable, l'état d'esprit d'une entreprise passera non seulement de la concentration sur les projets à la concentration sur les produits digitaux, mais il permettra également aux technologies de l'information de fournir des services plutôt que des systèmes.

Les entreprises qui tardent à passer à une approche plus adaptable et axée sur le consommateur ne feront que prendre davantage de retard à chaque instant d'hésitation. Les marques qui adoptent l'approche du commerce composable seront plus à même d'exécuter des stratégies de commerce digital et de différenciation, et nous prédisons qu'elles laisseront la concurrence derrière elles.

Piloté par des leaders mondiaux comme Valtech, qui a cofondé l'alliance MACH, c'est l'élément technologique innovant, offrant une nouvelle façon d'adapter le paysage digital aux besoins d'une entreprise particulière et de rassembler toutes ses données en un seul endroit.


« Le commerce composable offre une flexibilité et une clarté inégalées. Si votre entreprise est gérée par des suites technologiques plus statiques, ce sera comme découvrir Lego après avoir joué avec des Playmobil », explique Gidda. « Grâce à l’architecture flexible du commerce composable, vous pouvez remplacer et améliorer individuellement les éléments constitutifs de votre entreprise. Cela permet à chaque élément de servir l’objectif qu’il est censé atteindre de manière plus efficace, tout en vous fournissant les informations dont vous avez besoin sur tous les canaux pour prendre des décisions plus stratégiques ».


Le commerce composable contribuera à la réussite d'une stratégie D2C et sera un élément clé de la modernisation de l'entreprise digitale. Avec une base composable, les entreprises passeront naturellement à un état d'esprit digital-first, à mesure que les silos seront déconstruits et que les données clients seront collectées en sein d'une source de confiance unique.
Il est, en effet, de plus en plus urgent de passer au digital dans tous les aspects d'une grande entreprise. Les consommateurs n'attendent pas.


Jeppesen déclare : « Les entreprises qui tardent à passer à une approche plus adaptable et plus axée sur le consommateur ne feront que prendre davantage de retard à chaque instant d'hésitation. Les marques qui adoptent l'approche du commerce composable seront plus à même d'exécuter des stratégies de commerce digital et de différenciation, et nous prédisons qu'elles laisseront leurs concurrents derrière elles ».


Les entreprises organisées selon un modèle plus traditionnel ont peut-être manqué l’occasion d’être les premières dans ce nouvel espace, mais une chose est sûre : personne ne voudra être le dernier. 

Nous Contacter

Let's reinvent the future