Devenir une entreprise numérique : un détour obligé

Traduction d’un article publié sous le titre « Becoming a digital enterprise might be painful, but it's non-negotiable » dans le rapport Digital Transformation de Raconteur, en collaboration avec The Times.

Devenir une entreprise numérique :  un détour obligé

2022-05-17

Comment les entreprises peuvent-elles changer leurs façons de travailler pour suivre le rythme du changement qui va en s’accélérant? Pas simple comme question, mais l’approche du commerce composable donne d’impressionnants résultats et aide les entreprises dans ce changement.

Cet article de Valtech a récemment été présenté dans le Digital Transformation Report 2022 du média Raconteur, en collaboration avec The Times. Vous pouvez télécharger le rapport complet ici.

Le rythme du changement en affaires s’accélère. Pour suivre la cadence, les organisations doivent adopter de nouvelles approches comme des stratégies de vente directe au consommateur (D2C) et le commerce composable. Qu’ont en commun ces approches? Elles sont avant tout polarisées sur le consommateur et les données, et sont profondément ouvertes au changement de fond touchant aussi bien les mentalités que les structures organisationnelles.


Hélas, la plupart des entreprises traditionnelles peinent à les intégrer véritablement. C’est pourtant nécessaire. Selon Gartner : « Une architecture d’applications composables procure cette adaptabilité. Et ceux qui ont adopté l’approche composable déploieront de nouvelles composantes 80 % plus vite que leur concurrence. »

Les entreprises capables de s’ajuster à la demande changeante du monde numérique auront du succès. Les autres, à l’inverse, risquent de tirer de l’arrière. À une période de croissance exponentielle, ne pas suivre la cadence rimera assurément avec échec.

Voilà une affirmation inutilement dure, peut-on penser, mais n’oublions pas que l’espèce que nous sommes n’est tout simplement pas bien préparée aux types de changements de comportements numériques comme ceux qui ont émergé les dernières décennies. Le problème n’est pas de reconnaître que changement il y a, mais bien la vitesse de ce changement. Les courbes exponentielles font du sens dans un cours de maths, mais dans la vraie vie, elles nous laissent pantois. Même ceux qui ont bénéficié d’une telle croissance exponentielle, comme les Amazon et Alibaba de ce monde, n’échappent pas aux vents de face puisque davantage d’entreprises passent outre les places du marché génériques pour tirer le meilleur parti des médias sociaux, de la logistique externalisée et des marchés du microcrédit comme Klarna. Si TikTok vous a déjoué, imaginez ce qui pourrait arriver d’ici un an, surtout dans une perspective de changement exponentiel.

L’agilité et l’orientation consommateur pour tirer votre épingle du jeu

Au 20e siècle, une entreprise qui avait un produit digne de ce nom à vendre dépendait fortement des détaillants pour la distribution. Aujourd’hui, les consommateurs ont plus que l’embarras du choix, sont peu fidèles envers les marques et peuvent acheter ce qu’ils veulent, où ils veulent. Pour offrir des expériences qui se démarquent du peloton grandissant de concurrents, les marques doivent interagir directement avec leurs clients et capter des données sur leurs préférences changeantes. C’est le principe derrière la vente directe au consommateur. Selon Valtech, agence mondiale de transformation des entreprises, passer à la vente directe au consommateur peut être essentiel, mais la transition portera fruit uniquement si l’entreprise a une mentalité numérique de fond.


« Votre stratégie de vente directe au consommateur échouera si elle n’est pas portée par une réelle volonté de devenir une entreprise numérique. À l’inverse, si elle est conjuguée avec la bonne technologie et qu’elle s’articule avec les nouveaux canaux en constante évolution, vous irez loin. Mais pour véritablement réussir, il faut cimenter le tout avec la bonne stratégie de données et les bonnes fonctions de service à la clientèle. Vous pourrez ainsi faire de vos données un levier pour dégager un avantage concurrentiel et créer une structure organisationnelle qui soutient les interactions avec votre clientèle », explique Joacim Jeppesen, chef de la croissance (Monde) à Valtech.


« Il faut constamment exploiter ces informations pour positionner, optimiser et différencier votre produit ou service. Tous ces changements nécessitent plus qu’une nouvelle infrastructure numérique ou de nouvelles façons de travailler. L’idée, c’est d’adopter une mentalité numérique de fond. »

Se donner une mentalité fondamentalement numérique et souple à l’échelle d’une entreprise n’est pas aussi simple que d’éliminer le papier et de laisser l’automatisation tirer les ficelles. Ce changement est difficile, parce que c’est la mentalité qui est aux commandes. « Votre organisation sera secouée jusqu’à l’échine, et elle doit l’être, insiste Jeppesen. Un accompagnement et des perspectives stratégiques et technologiques provenant de l’externe sont essentiels, mais la volonté et la motivation doivent venir de l’intérieur. »

Le pouvoir de la technologie composable

Heureusement, alors que ce changement peut représenter beaucoup d’efforts, la nouvelle technologie aide les entreprises à adopter une stratégie de vente directe au consommateur tout en leur donnant un bouclier. C’est la notion derrière le commerce composable.

Pour Mandhir Gidda, chef de la technologie (EMOA) à Valtech, il s’agit-là de « la réalisation d’un mouvement amorcé il y a de nombreuses années avec l’orientation sur les services. C’est un changement de paradigme qui reflète une mentalité numérique à tous les niveaux d’une organisation. C’est l’ultime expression de la capacité à s’ajuster au changement. »

Avec le commerce composable, les entreprises peuvent agir rapidement, efficacement et de manière proactive dans leur quête de relations directes avec leurs consommateurs et leurs clients, autant via leurs propres canaux que par les canaux de tiers. Adopter la mentalité derrière le commerce composable aura non seulement pour effet de se polariser sur les produits numériques plutôt que sur les projets, mais aussi de permettre à la technologie de l’information de fournir des services plutôt que des systèmes.

« Les entreprises qui tardent à adopter une approche plus adaptable et obsédée par le consommateur ne feront que céder du terrain à chaque instant. Les marques qui intègrent l’approche du commerce composable seront en meilleure posture pour réaliser leurs stratégies de différenciation et de commerce en ligne, et parions qu’elles dameront le pion à leur concurrence. »

Ayant pour fers de lance des leaders mondiaux comme Valtech, qui a cofondé la MACH Alliance, c’est l’élément d’innovation technologique qui donne une nouvelle façon d’adapter le paysage numérique aux besoins d’une entreprise et de centraliser toutes ses données.

« Le commerce composable offre une souplesse et une clarté sans précédent. Si votre entreprise fonctionne avec des suites technologiques plus rigides, ce sera comme découvrir les blocs Lego après avoir toujours dû jouer avec des Playmobil, d’ajouter Gidda. Grâce à la souplesse de l’architecture technique du commerce composable, vous pouvez remplacer et améliorer les blocs de base individuels de votre entreprise. Ainsi chaque élément peut jouer son rôle mieux et plus efficacement, et vous captez parallèlement l’information dont vous avez besoin de tous les canaux afin de prendre des décisions plus stratégiques. »


Le commerce composable propulsera une stratégie de vente directe au consommateur et sera un catalyseur de modernisation d’une entreprise numérique. Grâce à une fondation composable, les entreprises feront naturellement la transition vers une mentalité numérique de fond alors que les silos tomberont et que les données sur les consommateurs convergeront vers une seule et même source de vérité.

 

Il est assurément de plus en plus urgent de passer au numérique dans tous les aspects d’une grande entreprise. Les consommateurs n’ont pas de temps à perdre.


Pour Jeppesen, « les entreprises qui tardent à adopter une approche plus adaptable et obsédée par le consommateur ne feront que céder du terrain à chaque instant. Les marques qui intègrent l’approche du commerce composable seront en meilleure posture pour réaliser leurs stratégies de différenciation et de commerce en ligne, et parions qu’elles dameront le pion à leur concurrence. »


Les entreprises traditionnellement organisées ont peut-être raté l’occasion de prendre la tête du peloton dans cet univers, mais personne ne voudra être dernier. 

 

Nous contacter

Let's reinvent the future